Comment Facebook vole notre bonheur

7 août 2018
PARTAGER:

Parfois, nous écrivons non seulement à propos de faire du business sur les médias sociaux, mais aussi sur les entrepreneurs eux-mêmes. En d’autres termes – sur les gens. Cet article est l’un de ceux qui ne vous aideront pas à obtenir plus de Likes, mais vous donnera une raison de réfléchir à quelque chose de plus urgent.

Avez-vous déjà remarqué que vous ne vous sentez pas toujours bien dans votre flux Facebook et que les photos de plages, de soirées de luxe, de dîners de famille et de réceptions vous ennuient ? Comment se fait-il que tous les gens autour de vous vivent si heureux pendant que vous travaillez en attendant le weekend pour enfin pouvoir vous reposer ?

Peter Walschburger, bio-psychologue, explique comment de tels systèmes fonctionnent dans le magazine Der Tagesspiegel.

“La comparaison est la fin du bonheur et le début du mécontentement”, nous avertit Søren Aabye Kierkegaard, philosophe danois. Son co-penseur français, Charles de Montesquieu savait aussi ce que sont les choses : “Si seulement nous voulions être heureux, ce serait facile ; mais nous voulons être plus heureux que les autres, ce qui est difficile car nous pensons qu’ils sont beaucoup plus heureux qu’ils ne le sont réellement.”

Il n’y a pas si longtemps, les psychologues américains de l’Université de Stanford, en Californie, se sont également préoccupés du problème de l’envie. Selon eux, les sujets testés ont considérablement surestimé le niveau de plénitude de vie de leurs connaissances et se sont sentis plus déprimés que prévu en comparant le style de vie de leurs connaissance avec leur propre style de vie.

Hélas, Facebook et d’autres médias sociaux non seulement nous rapprochent les uns des autres, mais aussi renforcent cette fausse impression. Ainsi, par exemple, selon les scientifiques de l’université l’Utah, les étudiants qui passent beaucoup de temps sur Facebook disent le plus souvent que leurs amis vivent beaucoup mieux qu’eux.

Cependant, si vous décidez d’analyser un grand nombre de messages sur les médias sociaux, vous remarquerez que les gens partagent les bonnes nouvelles beaucoup plus souvent et volontiers que les événements tristes, qu’ils préfèrent garder plus confidentiels. C’est pourquoi, en fait, l’envie est souvent basée sur des choses imaginaires ou de fiction.

Cependant, Walschburger pense qu’il n’y a rien de mal avec l’envie elle-même. Dans la perspective de l’évolution, elle joue un rôle presque crucial en nous incitant à persévérer pour devenir meilleurs et en nous aidant à comprendre comment nous définissons le succès.

Le sentiment d’infériorité conduit à l’auto-perfection, mais Internet a tout gâché. Si nous avions l’habitude de suivre nos camarades (qui étaient pour la plupart aussi doués que nous), aujourd’hui, grâce à Internet, nous observons toujours le succès de certaines personnes et nos attentes deviennent inaccessibles et ce que nous poursuivons impossible.

Par exemple, un message typique sur le flux d’un ami qui vous a été suggéré : “Qui peut recommander un bon hôtel au Mexique ?” Le Post nous rappelle les vacances qui nous font penser à d’autres pays et à d’autres aventures. Mais l’ami n’a pas mentionné que le vol vers le Mexique était long et ennuyeux, donc nous ne pensons même pas à ce fait. Son voyage est représenté dans notre tête sans routine ni difficultés.

Plus l’image donnée est brillante, plus nos amis Facebook sont éloignés de nos vies et de nos vraies connaissances. La recherche prouve que ceux qui ont beaucoup d’amis dans les médias sociaux (et le fait qu’ils n’ont jamais rencontré de tels amis dans la vie réelle) ont plus souvent l’impression que les autres vivent mieux. Les pires conséquences de cette situation sont qu’une personne reçoit une image déformée de la réalité et devient déprimée. Comment pouvez-vous profiter d’une fête terriblement ordinaire pendant que d’autres volent d’un centre de villégiature à un autre? Comment ne pas s’énerver quand votre enfant pleure tous les jours alors que vous voyez que les enfants de vos amis sont heureux, satisfaits et en bonne santé sur les photos qu’ils postent sur Internet.

Cela vous semble familier ? Ne désespérez pas. Comme d’habitude, nous avons de bonnes nouvelles pour vous: les jeunes sont plus susceptibles d’envier de telles choses, et plus vous vieillissez, moins vous vous sentez inférieur aux autres – l’envie cède la place à la séparation de vos propres valeurs et de celles des autres. Les jeunes qui cherchent leur point d’ancrage dans la vie et la possibilité de se séparer de leurs parents sont très dépendants de ce que les gens pensent d’eux, et il est tout à fait logique qu’ils essaient de se rapprocher le plus possible de la perfection.

Ni nous, ni les psychologues ne possèdent le secret pour se débarrasser de telles pensées négatives, mais si vous êtes fatigués de la compétition permanente et de la comparaison, vous n’avez pas besoin d’attendre d’être vieux pour vous sentir enfin à l’aise. Attendez-vous à vous sentir envieux, arrêtez-vous un moment et pensez de quelle personne venait le Post et pourquoi il vous a blessé. Si vous voulez quelque chose que cette personne a déjà, essayez de réaliser votre désir (n’oubliez pas l’évolution !) et réfléchissez aux mesures que vous pouvez prendre pour vous rapprocher de votre objectif. Si vous vous sentez a un niveau plus bas que cette personne, rappelez-vous que vous avez vos propres forces qui créent l’envie chez quelqu’un d’autre, et réussir ne signifie pas être parfait et le meilleur en tout.

Et oui! Vous pouvez simplement télécharger une extension pour nettoyer votre flux. Tout votre flux.

Souscrire à la newsletter hebdomadaire d'Onlypult